Une erreur est survenue

Une erreur est survenue

Vous êtes ici : Recherches en cours / Chercheurs

Chercheurs : année académique 2009 - 2010

Découvrez nos différents projets de recherche 


  • Beatriz ALVARO MERCADAL - Service de gynécologie-obstétrique

    Identification de gènes impliqués dans l'insuffisance ovarienne prématurée

    Bourse Anonyme

    1er mandat plein temps

    L’insuffisance ovarienne prématurée est définie comme l’arrêt du fonctionnement des ovaires avant l’âge de 40 ans. Cette insuffisance concerne une femme sur cent. Les causes sont iatrogènes (suite à une chimiothérapie ou une radiothérapie par exemple), auto-immunes, virales ou génétiques. On estime que les causes génétiques sont présentes dans environ 40 % des cas mais à ce jour, quelques gènes seulement ont été identifiés.

    L’insuffisance ovarienne est le stade ultime du vieillissement des ovaires. Elle est précédée de stades au cours desquels leur fonction est déjà altérée alors qu’il n’y a aucun symptôme de ménopause. Malheureusement, il n’existe pas de marqueurs suffisamment prédictifs de la réponse des ovaires à une stimulation artificielle ni du succès d’un tel traitement de procréation assistée.

    Le projet de Beatriz ALVARO propose d’identifier des gènes responsables de l’insuffisance ovarienne et d’évaluer des marqueurs de la réserve ovarienne.

    Des outils prédictifs d’une insuffisance ovarienne prématurée seraient en effet une avancée considérable pour les cliniciens travaillant en procréation médicalement assistée, en leur permettant de mieux conseiller les femmes dans leur parcours procréatif, au moment où leur réserve ovarienne n’est pas encore épuisée et d’optimiser le choix d’une assistance médicale éventuelle.

  • Leila AMININEJAD - Service de gastroentérologie médicale

    Etude génétique de la maladie de Crohn

    Bourse Sodexo

    1er mandat plein temps

    La maladie de Crohn est une maladie fréquente du tube digestif. Différents gènes de susceptibilité à cette maladie ont été découverts suite à des études génétiques qui suggèrent un déficit de l’immunité innée dans les premiers instants d’une agression bactérienne et mettent en avant l’importance des polynucléaires neutrophiles, une lignée particulière de nos globules blancs, dans le développement de cette maladie.

    Par ailleurs, les gènes qui codent pour la granulomatose septique chronique, une autre maladie héréditaire et fort rare, pourraient représenter des gènes de susceptibilité communs avec la maladie de Crohn. En effet, certaines maladies héréditaires rares partagent des gènes de susceptibilité avec des maladies communes.

    La granulomatose septique chronique est caractérisée par un déficit en polynucléaires neutrophiles, des infections récidivantes et, chez certains patients, des manifestations cliniques identiques à la maladie de Crohn. Cette maladie particulière résulte de mutations de gènes qui codent pour un enzyme indispensable au bon fonctionnement des polynucléaires neutrophiles.

    Le but du travail de Leila AMININEJAD est d’établir la cartographie des gènes de la granulomatose septique chronique et de tester leur association à la maladie de Crohn sur base d’une banque clinique génétique multicentrique de patients qui en sont atteints.

     

  • Thomas BAUDOUX - Service de néphrologie, dialyse et transplantation rénale

    Rôle des lymphocytes T régulateurs dans la fibrose rénale interstitielle aux acides aristolochiques

    Bourse Banque Degroof

    Identifiée à l’Hôpital Erasme, la néphropathie dite « aux plantes chinoises », est une maladie rénale qui provoque une insuffisance rénale chronique nécessitant le recours à la dialyse et/ou à la transplantation rénale.

    La substance toxique responsable est l’acide aristolochique qui provoque une fibrose rénale irréversible. De plus, cet acide aristolochique est cancérigène pour les voies urinaires. Ces complications représentent un véritable problème de santé publique dans des pays où l’acide aristolochique peut contaminer les céréales (comme dans les Balkans) ou là où il est utilisé comme remède traditionnel (comme en Asie).

    Thomas BAUDOUX s’attachera à développer chez la souris un modèle de la maladie humaine. Ce modèle permettra d’approfondir nos connaissances quant aux mécanismes de la fibrose rénale consécutive à l’intoxication aux acides aristolochiques.

    Le rôle d’une sous-population de globules blancs, les lymphocytes T régulateurs, sera étudié en particulier. En effet, ces lymphocytes sont capables de moduler la réponse de notre système immunitaire. Des études récentes, réalisées dans le laboratoire qui accueille Thomas BAUDOUX, ont en effet montré que ces cellules jouent un rôle important dans le développement de la fibrose rénale. Au sein de ce laboratoire, Thomas tentera donc de moduler l’activité de ces lymphocytes afin d’analyser leurs effets sur les lésions rénales et les cancers des voies urinaires.

    Ses résultats sont susceptibles d’ouvrir de nouvelles perspectives thérapeutiques en ralentissant, voire en arrêtant, la progression des insuffisances rénales en général.

  • Chantal DEDOBBELEER - Service de cardiologie

    Physiologie de la contraction myocardique dans les valvulopathies et dans le rejet aigu du greffon cardiaque : Rôle de l’imagerie de déformation myocardique

    Bourse Fonds Erasme

    2ème mandat plein temps


    La contraction du muscle cardiaque comporte un mouvement de torsion qui est altéré dans de nombreuses pathologies cardiaques, tant les valvulopathies que le rejet aigu du greffon. L’altération de ce mouvement de torsion pourrait même précéder l’anomalie de la fonction cardiaque proprement dite.

    L’étude de ce mouvement peut être faite par des techniques particulières de résonance magnétique et d’échographie.

    Le travail de Chantal DEDOBBELEER s’articulera sur plusieurs axes :

    Premièrement, en vérifiant l’hypothèse que cette anomalie de la torsion est un indicateur précoce de l’altération de la performance myocardique, une telle anomalie pouvant faire recommander plus précocement, et donc avec un moindre risque, le recours à la chirurgie valvulaire.

    Deuxièmement, Chantal DEDOBBELEER vérifiera l’hypothèse selon laquelle la réparation chirurgicale de valve mitrale améliore plus la torsion que ne le ferait le remplacement de la valve par une prothèse.

    Enfin, Chantal vérifiera l’hypothèse que chez les greffés cardiaques, l’altération du mouvement de torsion est un marqueur précoce du rejet aigu.

     

  • Céline DREYFUSS - Service de cardiologie

    Effets de l’exposition des microparticules sur la compliance artérielle et sur la fonction endothéliale du sujet sain

    Bourse Bernard Darty

    1er mandat plein temps

    Depuis plusieurs années, les polluants de l’air suscitent un intérêt croissant quant à leurs effets sur la santé et notamment leur relation avec des cardiopathies et les accidents vasculaires.

    Parmi ces polluants, une attention particulière est portée aux particules les plus fines, contenues notamment dans les fumées des moteurs diesel. Ces particules sont tellement fines qu’elles sont capables de traverser le poumon et de se retrouver dans la circulation sanguine. Une réponse de notre organisme à l’arrivée de ces particules dans la circulation pourrait être une vasoconstriction, autrement dit un rétrécissement réflexe de nos vaisseaux, en particulier de nos artères.

    L’équipe dans laquelle Céline DREYFUSS travaille a récemment montré que le tabagisme passif altérait la souplesse des artères et la fonction des cellules endothéliales, ces cellules qui tapissent l’intérieur des artères.

    Dans son travail, Céline DREYFUSS testera trois nouvelles hypothèses:

    1. tout comme la fumée de tabac, les particules fines dégagées par la combustion du diesel altèrent aussi la souplesse des artères et la fonction de leur endothélium;
    2. ces modifications mettent en jeu une altération de la production d’oxyde nitrique;
    3. cet effet délétère est accru par la vitesse à laquelle ces particules sont inhalées.

    Le travail de Céline devrait permettre de répondre à des questions importantes qui concernent beaucoup de personnes :

    Quel est l’effet de la pollution sur la rigidité artérielle ?
    Ces effets seraient-ils secondaires à une dysfonction de l’endothélium ?
    Quels sont les mécanismes responsables de cette dysfonction et augmentent-ils, par exemple, en cas d’activité sportive dans une atmosphère polluée ?

  • Nicky D’HAENE - Service d’anatomie pathologique

    Etude de l’implication des galectines -1 et -3 dans l’angiogenèse et en particulier en ce qui concerne les lymphomes

    Bourse Belgacom

    2ème mandat plein temps

    La croissance des tumeurs est associée à un métabolisme élevé qui nécessite une vascularisation abondante. Les tumeurs forment elles-mêmes cette vascularisation : c’est ce qu’on appelle, en langage scientifique, l’angiogenèse.

    Cette angiogenèse est un élément essentiel de l’agressivité des cancers, puisque sans elle, la tumeur ne pourrait pas se développer. L’angiogenèse a donc logiquement fait l’objet de nombreuses recherches de médicaments qui viseraient à la réduire, en particulier dans des tumeurs dites solides, comme le cancer du poumon ou du colon.

    En revanche, on connaît peu de choses de l’angiogenèse dans les lymphomes, une forme de cancer d’une lignée particulière de nos globules blancs et qui compte 3.000 nouveaux cas par an en Belgique. Il se fait que les galectines, protéines ubiquitaires et dont les rôles biologiques sont multiples, ont été impliquées dans les mécanismes de l’angiogenèse.

    Au cours de ses travaux précédents, Nicky D’HAENE a déjà observé que l’angiogenèse des lymphomes s’accompagnait d’une modulation importante de l’expression de galectines -1 et -3.

    Le but de son projet actuel est de mieux caractériser l’implication de ces galectines dans l’angiogenèse, en particulier celle des lymphomes. Pour cela, Nicky développera des modèles d’angiogenèse in vitro et étudiera l’effet des galectines 1 et 3 sur ces modèles.

  • Lidia GHISDAL - Service de néphrologie, dialyse et transplantation rénale

    Etude des facteurs de susceptibilité génétique du rejet aigu d’allogreffe rénale par analyse du génome complet

    Bourse EXMAR

    2ème mandat plein temps

     
    Il y a deux options thérapeutiques à l’insuffisance rénale terminale: la dialyse et la transplantation. Après la transplantation, un rejet aigu de la greffe survient chez 15 à 20 % des patients.

    Le rejet aigu est un phénomène complexe qui résulte de l’activation des lymphocytes, une lignée particulière de nos globules blancs, contre les cellules du donneur. Ce rejet est responsable de lésions dans le greffon qui peuvent avoir un effet délétère à long terme. Pour l’éviter, les patients greffés sont soumis à une immunosuppression parfois intense, elle-même à l’origine d’effets secondaires indésirables.

    Des facteurs génétiques sont susceptibles d’être impliqués dans le processus du rejet, ces facteurs pouvant expliquer des risques de rejet qui varient d’un patient greffé à l’autre.

    Le projet de Lidia GHISDAL vise à investiguer le génome complet des patients receveurs de greffe rénale pour analyser la contribution de leur patrimoine génétique au rejet éventuel. Ce type d’approche est destiné à découvrir de nouveaux gènes en comparant plusieurs centaines de patients ayant présenté ou non un épisode de rejet aigu après une transplantation rénale.

    Identifier des marqueurs génétiques associés à la susceptibilité au rejet pourrait aider à proposer une prévention anti-rejet adaptée aux besoins du patient en fonction de son profil génétique de faible versus de haut risque de rejet.

    En personnalisant l’immunosuppression et en évitant des doses importantes de ces drogues aux patients à faible risque de rejet, on en réduira les effets secondaires indésirables chez les patients qui n’en auraient pas besoin.

  • Anne LEMY - Service de néphrologie, dialyse et transplantation rénale

    Etude multicentrique de l’épidémiologie et de la pathogénicité des anticorps anti-MICA en greffe rénale

    Bourse Ilya Prigogine

    1er mandat plein temps

    La transplantation rénale assure la meilleure qualité de vie et la meilleure longévité aux patients insuffisants rénaux. Malgré l’amélioration des traitements immunosuppresseurs, le rejet demeure une cause fréquente de la perte du greffon.

    Le receveur, qui perçoit le rein greffé comme « étranger », peut réagir en produisant des anticorps contre des protéines présentes dans le tissu rénal du donneur, qu’on appelle le système HLA. Pour cette raison, on essaie que les antigènes HLA du donneur ressemblent le plus possible à ceux du receveur.

    On a récemment découvert un autre système d’antigènes pouvant induire le rejet de greffe, les antigènes MICA, contre lesquels les patients peuvent aussi produire des anticorps. Ce système reste peu connu mais semble responsable de rejet de greffons.

    Le but de la recherche d’Anne LEMY est :
    1) de déterminer la fréquence des anticorps anti-MICA chez les insuffisants rénaux dialysés, en comparaison à une population saine et de mettre en lumière les raisons de la formation des antigènes MICA ;
    2) d’établir leur réactivité, c’est-à-dire répondre à la question de savoir si les anticorps anti-MICA réagissent seulement contre les MICA du rein greffé ou aussi contre les MICA du patient lui-même ;
    3) d’évaluer l’impact de ces anticorps sur la survenue et la sévérité des rejets et la survie de la greffe des transplantés rénaux.

    Un rôle pathogène des anticorps anti-MICA pourrait mener à la prescription de traitements anti-rejet plus puissants chez les receveurs immunisés contre MICA et aussi à la transplantation de reins dont les MICA ressemblent le plus possible à ceux du receveur, à l’image de ce qui est déjà pratiqué pour les antigènes HLA.

  • Raphaël MARECHAL - Service de gastroentérologie médicale

    Facteurs prédictifs et pronostiques dans les adénocarcinomes du pancréas : rôle de hENT (human equilibrative nucleoside transporter), hCNT (human concentrative nucleoside transporter), CXCR4 et TEM (transition épithelio-mésenchymateuse)

    Bourse Fonds Erasme

    2ème mandat mi-temps

    Le cancer pancréatique représente la cinquième cause de décès par cancer dans les pays occidentaux.

    Son mauvais pronostic – la survie à 5 ans est inférieure à 5 % - est dû en partie à l’absence de facteurs de risque spécifiques interdisant une prévention efficace, à un diagnostic tardif en raison de signes cliniques longtemps absents ou non spécifiques, et à une invasion tumorale rapide.

    Le seul traitement curatif du cancer pancréatique est la chirurgie mais elle ne peut être à visée curative que dans 10 à 15 % des cas. Parmi les patients concernés, seuls 5 % sont encore en vie 5 ans plus tard.

    Un agent chimiothérapique particulier, la gemcitabine, permet cependant de réduire le risque de récidive après résection complète de la tumeur et permet d’augmenter la survie du patient lorsque l’avancement de la tumeur n’a pas permis de l’opérer.

    Le projet de Raphaël MARECHAL consistera à valider:

    1. le potentiel de certaines protéines à prédire l’efficacité de la gemcitabine afin de n’exposer à cette chimiothérapie que les patients ayant le plus de chance d’en tirer profit;
    2. le rôle pronostique d’un récepteur - appelé CXCR4 - pour lequel des inhibiteurs sont déjà commercialisés et utilisés dans un tout autre contexte, en l’occurrence le traitement des infections par le virus VIH responsable du SIDA.

     

  • Julie SMET - Service d’Immunobiologie - hémobiologie - transfusion

    Analyse de la mémoire immunitaire induite par le microbe de la coqueluche

    Bourse Jean-Marie Verbeke

    2ème mandat plein temps

    La coqueluche – dont le microbe, Bordetella Pertusis, a été identifié par Jules Bordet dans les laboratoires de l’Université libre de Bruxelles – la coqueluche donc est en recrudescence depuis la fin des années 80, y compris dans les pays développés et ce malgré une vaccination à large échelle.

    Cette recrudescence est probablement une conséquence de la perte progressive de l’immunité induite par la vaccination mais la durée de la mémoire immunitaire induite par ces vaccins n’est pas connue.

    Dans son travail, Julie SMET va développer des techniques qui permettront de caractériser les lymphocytes – encore eux – qui sont le siège spécifique de la mémoire vis-à-vis des antigènes du microbe en question.

    Dans un premier temps, Julie SMET se focalisera sur la mémoire humorale en caractérisant les lymphocytes B chez des enfants ayant eu la coqueluche et/ou ayant été vaccinés.

    Dans un second temps, Julie caractérisera les réponses mémoires lymphocytaires T étant donné le rôle majeur que ces lymphocytes jouent dans notre protection à l’égard de ce microbe.

  • Fabio TACCONE - Service des soins intensifs

    Etude de la microcirculation cérébrale au cours du sepsis

    Bourse Entreprises Louis De Waele

    2ème mandat plein temps

     
    Le sepsis est un terme qui indique une infection grave qui nécessite une prise en charge du patient au service des soins intensifs.

    Le sepsis est notamment caractérisé par l’atteinte de la fonction de plusieurs organes, y compris à distance du site de l’infection. Le cerveau peut ainsi être touché et les troubles de la fonction cérébrale peuvent en être le premier signe.

    Ces troubles cérébraux augmentent les complications à courts et longs termes et peuvent être associés à des lésions ischémiques qui aggravent le pronostic du patient. Actuellement, on ne connaît pas la cause de ces troubles cérébraux même si l’hypothèse de troubles de perfusion sanguine est une des plus probables.

    Le projet de Fabio TACCONE consiste à étudier les anomalies de la perfusion cérébrale au cours d’infections graves.

    De manière plus spécifique, Fabio TACCONE a émis l’hypothèse que les petits vaisseaux cérébraux, dits capillaires, dans lesquels les échanges d’oxygène et de nutriments entre le sang et les cellules surviennent, sont oblitérés pendant les infections graves et que cette oblitération est à la base du dysfonctionnement des cellules cérébrales observé lors du sepsis.

    Au laboratoire, Fabio TACCONE a développé un modèle animal d’infection sévère grâce auquel il étudie la circulation capillaire, encore appelée microcirculation, à l’aide d’une caméra. Il essaie de comprendre les mécanismes qui sont à la base des anomalies de la microcirculation et teste des médicaments qui sont susceptibles de l’améliorer.

     

  • Eric TREPO - Service de gastroentérologie médicale

    Rôle des facteurs génétiques dans l’évolution de la fibrose des hépathopathies chroniques alcooliques et virales C.

    Bourse Avis

    1er mandat plein temps

    La cirrhose et le cancer du foie sont deux des premières causes de mortalité en Europe.

    Les deux causes principales en sont le virus de l’hépatite C et l’alcoolisme. Cependant, seulement 20 % des patients ayant une hépatite C chronique et 10 % des sujets éthyliques développent effectivement une cirrhose du foie. Cette variabilité individuelle dans la susceptibilité à développer la cirrhose est principalement due à des facteurs génétiques.

    Dans l’hépatite C, neuf gènes qui permettent de prédire l’évolution vers la cirrhose ont été identifiés au cours d’une étude préliminaire conduite sur un nombre restreint de patients.

    Les objectifs du projet d’Eric TREPO sont doubles :

              1) confirmer ces résultats préliminaires sur un plus grand nombre
                  de patients porteurs de l’hépatite C ;

             2) compte tenu de la forte analogie des mécanismes de la cirrhose
                après hépatite C et en cas d’éthylisme chronique,  vérifier l’hypothèse
                selon laquelle les mêmes gènes permettraient d’identifier, parmi les
                sujets éthyliques, ceux qui sont effectivement susceptibles de
                développer une cirrhose.
     

  • Sophie TSEPELIDIS - Service de gynécologie-obstétrique

    Evaluation des techniques de cryo-préservation ovarienne dans un modèle de xéno-transplantation chez la souris

    Bourse Charles-Albert Frère

    1er mandat plein temps

    La médecine est souvent confrontée à des cancers chez des femmes jeunes n’ayant pas encore eu d’enfants et les progrès dans les traitements anti-cancéreux appliqués aux enfants et aux adolescents en ont considérablement réduit la mortalité leur permettant donc d’arriver à l’âge adulte.

    Malheureusement, ces traitements anti-cancéreux, appliqués à des enfants, à des adolescentes ou à des femmes jeunes, sont toxiques pour les ovaires et peuvent entraîner une stérilité. Il est donc important de développer des stratégies pour préserver la fertilité de ces jeunes ou très jeunes patientes.

    Actuellement, la congélation des ovaires semble être une des techniques les plus prometteuses. Elle peut être réalisée rapidement à n’importe quel moment du cycle menstruel et est la seule option possible pour préserver la fertilité de petites filles ou de jeunes femmes.

    Depuis quelques années, l’équipe qui accueille Sophie TSEPELIDIS conserve au laboratoire du tissu ovarien en utilisant une technique de congélation lente. Celle-ci est bien maîtrisée mais elle n’est pas parfaite.

    Le projet de Sophie TSEPELIDIS consiste à étudier des techniques alternatives de congélation pour mieux préserver le tissu ovarien, en particulier le cortex des ovaires où s’accumulent les follicules qui sont à l’origine des « œufs » de la femme. Ce travail, réalisé dans un premier temps chez la souris, pourrait très rapidement être transposé à l’humain.