Une erreur est survenue

Une erreur est survenue

Vous êtes ici : Recherches en cours / Chercheurs

Lauréats: Service de gastroentérologie médicale

Découvrez les projets de nos chercheurs passionnés et passionnants.


  • Eric TREPO - CONVENTION E. ET S. JACOBS - Service de gastroentérologie médicale (2015 - 2016)

    Contributions des facteurs génétiques au développement de l'hépatite alcoolique aiguë sévère

    Bourse Convention Edouard et Suzanne Jacobs

    Pour en savoir plus sur cette convention, cliquez ICI.

  • Eric TREPO - CONVENTION E. ET S. JACOBS - Service de gastroentérologie médicale (2016 - 2017)

    Contributions des facteurs génétiques au développement de l'hépatite alcoolique aiguë sévère

    Bourse Convention Edouard et Suzanne Jacobs

    Pour en savoir plus sur cette convention, cliquez ICI.

  • Leila AMININEJAD - Service de gastroentérologie médicale (2009 - 2010)

    Etude génétique de la maladie de Crohn

    Bourse Sodexo

    1er mandat plein temps

    La maladie de Crohn est une maladie fréquente du tube digestif. Différents gènes de susceptibilité à cette maladie ont été découverts suite à des études génétiques qui suggèrent un déficit de l’immunité innée dans les premiers instants d’une agression bactérienne et mettent en avant l’importance des polynucléaires neutrophiles, une lignée particulière de nos globules blancs, dans le développement de cette maladie.

    Par ailleurs, les gènes qui codent pour la granulomatose septique chronique, une autre maladie héréditaire et fort rare, pourraient représenter des gènes de susceptibilité communs avec la maladie de Crohn. En effet, certaines maladies héréditaires rares partagent des gènes de susceptibilité avec des maladies communes.

    La granulomatose septique chronique est caractérisée par un déficit en polynucléaires neutrophiles, des infections récidivantes et, chez certains patients, des manifestations cliniques identiques à la maladie de Crohn. Cette maladie particulière résulte de mutations de gènes qui codent pour un enzyme indispensable au bon fonctionnement des polynucléaires neutrophiles.

    Le but du travail de Leila AMININEJAD est d’établir la cartographie des gènes de la granulomatose septique chronique et de tester leur association à la maladie de Crohn sur base d’une banque clinique génétique multicentrique de patients qui en sont atteints.

     

  • Leila AMININEJAD - Service de gastroentérologie médicale (2011 - 2012)

    Etude des gènes de la NADPH oxydase dans la maladie de Crohn

    Bourse Sodexo

    1er mandat mi-temps

    La maladie de Crohn est une maladie fréquente du tube digestif. Différents gènes de susceptibilité à cette maladie ont été découverts suite à des études génétiques qui suggèrent un déficit de l’immunité innée dans les premiers instants d’une agression bactérienne et mettent en avant l’importance des polynucléaires neutrophiles, une lignée particulière de nos globules blancs, dans le développement de cette maladie.

    Par ailleurs, les gènes qui codent pour la granulomatose septique chronique, une autre maladie héréditaire mais fort rare, pourraient représenter des gènes de susceptibilité communs avec la maladie de Crohn. En effet, certaines maladies héréditaires rares partagent des gènes de susceptibilité avec des maladies communes.

    Le but du travail de Leila AMININEJAD est d’établir la cartographie des gènes de la granulomatose septique chronique et de tester leur association à la maladie de Crohn sur base d’une banque clinique génétique multicentrique de patients qui en sont atteints.

    Durant ses deux premiers mandats de recherche, Leila AMININEJAD s’est attachée à séquencer ces régions d'intérêt avec plusieurs variants possiblement associés à la maladie de Crohn. L’un d’eux semble prometteur et un génotypage à plus grande échelle est en cours pour le confirmer.

    L’an prochain, Leila AMININEJAD s'attèlera aussi à l'étude d'autres maladies génétiques rares, semblables à la granulomatose septique et à la maladie de Crohn.

  • Leila AMININEJAD - Service de gastroentérologie médicale (2010 - 2011)

    Etude génétique de la maladie de Crohn

    Bourse Sodexo

    2ème mandat plein temps

    La maladie de Crohn est une maladie fréquente du tube digestif. Différents gènes de susceptibilité à cette maladie ont été découverts suite à des études génétiques qui suggèrent un déficit de l’immunité innée dans les premiers instants d’une agression bactérienne et mettent en avant l’importance des polynucléaires neutrophiles, une lignée particulière de nos globules blancs, dans le développement de cette maladie.

    Par ailleurs, les gènes qui codent pour la granulomatose septique chronique, une autre maladie héréditaire et fort rare, pourraient représenter des gènes de susceptibilité communs avec la maladie de Crohn. En effet, certaines maladies héréditaires rares partagent des gènes de susceptibilité avec des maladies communes.

    La granulomatose septique chronique est caractérisée par un déficit en polynucléaires neutrophiles, des infections récidivantes et, chez certains patients, des manifestations cliniques identiques à la maladie de Crohn. Cette maladie particulière résulte de mutations de gènes qui codent pour un enzyme indispensable au bon fonctionnement des polynucléaires neutrophiles.

    Le but du travail de Leila AMININEJAD est d’établir la cartographie des gènes de la granulomatose septique chronique et de tester leur association à la maladie de Crohn sur base d’une banque clinique génétique multicentrique de patients qui en sont atteints.

     

  • Leila AMININEJAD - Service de gastroentérologie médicale (2012 - 2013)

    Etude de gènes intervenant dans l'apparition de maladies héréditaires monogéniques rares phénotypiquement semblables à la maladie de Crohn (MC).

    Bourse Sodexo

    2ème mandat mi-temps

    La maladie de Crohn est une maladie fréquente du tube digestif. Différents gènes de susceptibilité à cette maladie ont été découverts suite à des études génétiques qui suggèrent un déficit de l’immunité innée dans les premiers instants d’une agression bactérienne et mettent en avant l’importance des polynucléaires neutrophiles, une lignée particulière de nos globules blancs, dans le développement de cette maladie.

    Par ailleurs, les gènes qui codent pour la granulomatose septique chronique, une autre maladie héréditaire mais fort rare, pourraient représenter des gènes de susceptibilité communs avec la maladie de Crohn. En effet, certaines maladies héréditaires rares partagent des gènes de susceptibilité avec des maladies communes.

    Le but de son travail est d’établir la cartographie des gènes de la granulomatose septique chronique et de tester leur association à la maladie de Crohn sur base d’une banque clinique génétique multicentrique de patients qui en sont atteints.

    Durant ses deux premiers mandats de recherche, Leila AMININEJAD s'est attachée à séquencer ces régions d'intérêt avec plusieurs variants possiblement associés à la maladie de Crohn. L’un d’eux semble prometteur et un génotypage à plus grande échelle est en cours pour le confirmer. Cette année, elle s'attèlera aussi à l'étude d'autres maladies génétiques rares, semblables à la granulomatose septique et à la maladie de Crohn.

  • Marianna ARVANITAKI - Service de gastroentérologie médicale (2004 - 2005)

    Développement d'études cliniques basées sur l'évidence dans l'endothérapie de la pancréatite chronique

    Bourse Fonds Erasme

    1er mandat plein temps

  • Marianna ARVANITAKI - Service de gastroentérologie médicale (2005 - 2006)

    Développement d'études cliniques basées sur l'évidence dans l'endothérapie de la pancréatite chronique

    Bourse Fonds Erasme

    2ème mandat plein temps

  • Daniel BLERO - Service de gastroentérologie médicale (2007 - 2008)

    Rôle des inositols phosphates dans des pathologies humaines telles que l’hépatite alcoolique, le diabète et le cancer hépatique

    Bourse Therabel

  • Daniel BLERO - Service de gastroentérologie médicale (2006 - 2007)

    Etude du rôle des inositols phosphates de pathologies humaines telles que l’hépatite alcoolique, le diabète et le cancer du foie

    Bourse Therabel

  • Anneline CREMER - Service de gastroentérologie médicale (2015 - 2016)

    Profilage génomique des cancers colorectaux associés aux maladies inflammatoires chroniques de l'intestin

    Bourse Sodexo

    1er mandat plein temps

    L'enjeu de la recherche

    Les cancers colorectaux représentent l’une des principales causes de décès liées au cancer dans le monde. Une proportion faible mais significative des patients atteints de maladie inflammatoire chronique de l’intestin, comme par exemple la maladie de Crohn et rectocolite ulcéro-hémorragique, sont plus susceptibles de développer un cancer colorectal.

    Mon projet

    L’hypothèse de mon projet est que la carcinogénèse des cancers colorectaux associés aux maladies inflammatoires chroniques de l’intestin résulte d’altérations génomiques spécifiques survenant durant la séquence inflammation-dysplasie-cancer chez les patients atteints de maladies inflammatoires chroniques de l'intestin.

    Cette étude permettrait de découvrir de nouveaux facteurs pronostiques dans le but d’identifier les patients souffrant de maladie inflammatoire chronique de l’intestin, à risque de développer un cancer colorectal, et de sélectionner les patients avec un pronostic plus sombre qui pourraient, dès lors, bénéficier d’un traitement plus agressif.

    Ce projet pourrait finalement mener à l’identification de nouvelles cibles thérapeutiques pour les cancers colorectaux associés aux maladies inflammatoires chroniques de l’intestin.

  • Anneline CREMER - Service de gastroentérologie médicale (2016 - 2017)

    Profilage génomique des cancers colorectaux associés aux maladies inflammatoires chroniques de l'intestin

    Bourse Sodexo

    2ème mandat plein temps

    L'enjeu de ma recherche

    Les patients atteints de maladie inflammatoire chronique de l’intestin comme la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse ont un risque majoré de développer un cancer du colon qui représente l'une des principales causes de décès lié au cancer dans le monde.

    Mon projet

    Ma première année de recherche m'a permis de collecter un peu plus de 400 lésions précancéreuses/cancéreuses du colon. L'objectif de mon projet est de caractériser ces lésions au niveau immunohistochimique et génomique. Ces lésions comprennent des cellules présentant un aspect normal (modification de forme, de taille ou d'organisation) ainsi que des cellules inflammatoires. L'inflammation est présente à chaque fois qu'un tissu subit une agression. Elle peut favoriser le développement du cancer, notamment en endommageant l'ADN des cellules ou agir contre la tumeur.

    J'ai revu les lésions collectées au microscope afin d'en détailler certaines caractéristiques telles que la présence et le type de cellules inflammatoires associées, le stade de lésions précancéreuses, le type et le stade d'envahissement du cancer.

    Ensuite, afin d'identifier et de quantifier les cellules inflammatoires chargées d'éliminer les cellules cancéreuses, j'utilise différents marqueurs.

    L'objectif de la seconde partie de mon projet est l'identification des anomalies génétiques au sein des lésions précancéreuses/cancéreuses du colon. Pour cela, il faut d'abord extraire l'ADN et l'ARN des cellules avant de réaliser les analyses adéquates.

    L'enjeu est, à terme, la découverte de nouveaux facteurs pronostiques dans le but d'identifier les patients souffrant de maladie inflammatoire chronique de l’intestin, à risque majoré de développer un cancer du colon et de sélectionner les patients avec un pronostic plus sombre qui pourraient, dès lors, bénéficier d’un traitement ciblé et/ou plus agressif. Ce projet pourrait finalement mener à l’identification de nouvelles cibles thérapeutiques pour les cancers colorectaux associés aux maladies inflammatoires chroniques de l’intestin.

  • Anneline CREMER - Service de gastroentérologie médicale (2017 - 2018)

    Profilage génomique des cancers colorectaux associés aux maladies inflammatoires chroniques de l'intestin

    Bourse Sodexo

    1er mandat mi-temps

    Le cancer du côlon est un des cancers les plus fréquents en Belgique avec environ 8000 nouveaux patients diagnostiqués et 3000 décès chaque année. Les patients atteints de maladie inflammatoire chronique de l’intestin (MICI) (maladie de Crohn et colite ulcéreuse) ont un risque majoré de développer un cancer du côlon. Les lésions précancéreuses/cancéreuses comprennent des cellules présentant un aspect anormal (modification de forme, de taille ou d’organisation) ainsi que des cellules inflammatoires. L’inflammation est présente à chaque fois qu’un tissu subit une agression. Elle peut favoriser le développement du cancer, notamment en endommageant l’ADN des cellules, ou agir contre la tumeur. Mon objectif est de caractériser les lésions précancéreuses/cancéreuses du colon par l’identification et la quantification des cellules inflammatoires chargées d’éliminer les cellules cancéreuses, ainsi que par l’identification des anomalies génétiques au sein des lésions précancéreuses/cancéreuses du colon. L’enjeu est, à terme, la découverte de nouveaux facteurs pronostiques dans le but d’identifier les patients souffrant de MICI, à risque de développer un cancer du côlon, et de sélectionner les patients avec un pronostic plus sombre qui pourraient, dès lors, bénéficier d’un traitement ciblé et/ou plus agressif. Ce projet pourrait finalement mener à l’identification de nouvelles cibles thérapeutiques pour les MICI et les cancers du côlon associés.

  • Anneline CREMER - Service de gastroentérologie médicale (2018 - 2019)

    Les cancers colorectaux

    Bourse Sodexo

    1er mandat mi-temps

    Profilage génomique des cancers colorectaux associés aux maladies inflammatoires chroniques de l'intestin

    Le cancer du colon est un des cancers les plus fréquents en Belgique avec 8000 nouveaux patients diagnostiqués et 3000 décès chaque année. Les patients atteints d'une maladie inflammatoire chronique de l’intestin (MICI) ont un risque majoré de développer un cancer du colon par rapport à la population générale. Ce risque est étroitement lié à la sévérité de la maladie, c’est-à-dire au degré d’inflammation du colon.

    Les lésions précancéreuses/cancéreuses comprennent des cellules présentant un aspect anormal (modification de forme, de taille ou d’organisation) ainsi que des cellules inflammatoires. L’inflammation est présente à chaque fois qu’un tissu subit une agression. Elle peut favoriser le développement du cancer, notamment en endommageant l’ADN des cellules, ou agir contre la tumeur.

    Mon objectif est de caractériser les lésions précancéreuses/cancéreuses du colon par l’identification et la quantification des cellules inflammatoires chargées d’éliminer les cellules cancéreuses, ainsi que par l’identification des anomalies génétiques au sein des lésions précancéreuses/cancéreuses du colon.

    L’enjeu est, à terme, la découverte de nouveaux facteurs pronostiques dans le but d’identifier les patients à risque de développer un cancer du colon et de sélectionner ceux qui pourraient bénéficier d’un traitement ciblé et/ou plus agressif. Ce projet pourrait mener à l’identification de nouvelles cibles thérapeutiques pour les MICI et les cancers du colon associés.

  • Delphine DEGRE - Service de gastroentérologie médicale (2008 - 2009)

    Rôle de la chimiokine MCP-1 (CCL2) dans les maladies hépatiques liées à l’alcool et à l’obésité

    Bourse EXMAR

    2ème mandat plein temps

    Les hépatopathies liées à l’alcool et à l’obésité représentent un problème majeur de santé publique. L’inflammation semble jouer un rôle important dans la sévérité et la progression de ces maladies.

    Les chimiokines sont des médiateurs impliqués dans l’inflammation en activant et en recrutant des leucocytes vers un tissu lésé. MCP-1 est une chimiokine dont l’expression est augmentée dans la maladie alcoolique hépatique, dans la NAFLD et dans la cirrhose du foie.

    Chez l’humain, un polymorphisme (en position -2518) du gène de MCP-1 associé à une production accrue de MCP-1, semble induire une fibrose plus sévère dans l’hépatite C.

    Nous proposons d’une part d’évaluer l’expression sérique et hépatique et le rôle de MCP-1 dans deux modèles murins de maladie alcoolique hépatique et de NAFLD, en utilisant des souris déficientes en MCP-1 dans ces deux modèles expérimentaux.

    Dans un deuxième temps, nous rechercherons une association entre ces maladies et le polymorphisme du gène de MCP-1 ainsi qu’une éventuelle différence de sévérité de la maladie en fonction de ce polymorphisme afin de définir s’il existe une prédisposition génétique à développer une maladie alcoolique ou une NAFLD plus sévère liée au polymorphisme de ce gène.

  • Delphine DEGRE - Service de gastroentérologie médicale (2007 - 2008)

    Rôle de la chimiokine MCP-1 (CCL2) dans les maladies hépatiques liées à l’alcool et à l’obésité

    Bourse EXMAR

  • Anne DEMOLS - Service de gastroentérologie médicale (2000 - 2001)

    Immunomodulation de la pancréatite expérimentale

    Bourse Total Fina

    1er mandat mi-temps

  • Denis FRANCHIMONT - Service de gastroentérologie médicale (2018 - 2019)

    La sévérité des maladies inflammatoires chroniques de l'intestin

    Bourse Mécènes du Fonds Erasme

    Projet GEOCODE - Etude des variations génétiques régulant l’expression de gènes régulateurs impliquée dans la réponse immunitaire chez des sujets sains : contribution à l’étude de la génétique de la sévérité des MICI

    Comprendre les bases génétiques sous tendant les variations inter-individuelles de la réponse immunitaire est essentiel pour rechercher les déterminants de la sévérité des maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI). Deux tiers des patients porteurs d’une MICI développent une maladie sévère caractérisée par des rechutes fréquentes, par la nécessité d’hospitalisations et de chirurgies répétées, et dès lors par une qualité de vie médiocre.

    Le projet Geocode se déclinera en deux parties. La première partie aura pour but de mieux comprendre les bases génétiques sous tendant la réponse immunitaire chez des individus en bonne santé (sans problème immunitaire). La deuxième partie aura pour but d’étudier si les variations génétiques préalablement trouvées peuvent être des marqueurs de sévérité chez des sujets ayant un système immunitaire dysfonctionnel comme c’est le cas chez les patients atteints de MICI.

    Le principal objectif de cette étude est donc d’identifier les variations génétiques régulant l’amplitude de la réponse immunitaire grâce à différentes conditions de stimulation de whole blood au sein d’une large cohorte de sujets sains. Nous pourrons ainsi caractériser les gènes exprimés au travers des différentes conditions de stimulation.

    Ensuite, nous identifierons les variations génétiques associées à ces gènes, appelés les locus quantitatifs d’expression (eQTLs), qui influencent le niveau d’expression des gènes. Enfin, nous étudierons l’impact de ces eQTLs dans des sous-groupes de patients porteurs d’une MICI sévère (ou au contraire très peu sévère).

    L’identification de ces marqueurs génétiques pourrait ainsi aider à décoder l’architecture génétique déterminant la sévérité de la maladie et autoriserait une sélection précoce des patients nécessitant des thérapies ciblées tout en évitant de sur-traiter les patients ayant de marqueurs de non sévérité.

  • Alia HADEFI - Service de gastroentérologie médicale (2018 - 2019)

    Les maladies non-alcooliques du foie

    Bourse Mécènes du Fonds Erasme

    1er mandat plein temps

    Impact of duodenal mucosal rESurfacInG in patients with NASH : a potential therapeutic target (DESIGN)

    La maladie non-alcoolique du foie affecte près de 25% de la population et se caractérise par l’accumulation de graisse au niveau du foie. Certains individus affectés sont susceptibles de développer une forme avancée dite stéato-hépatite non alcoolique ou « non-alcoholic steatohepatitis » (NASH) qui peut évoluer vers la cirrhose et le cancer du foie.

    Les facteurs de risque principaux de la NASH sont l’obésité et le diabète, la résistance à l’insuline y joue un rôle pivot. L’insulino-résistance constitue donc une cible thérapeutique particulièrement intéressante sachant qu’il n’existe aucun traitement validé dans cette pathologie excepté la perte de poids qui reste difficile à atteindre pour de nombreux patients.

    Il a été démontré que la partie proximale de l’intestin, le duodénum, joue un rôle important dans la sensibilité à l’insuline. Dans ce contexte, une technique endoscopique innovante a récemment été développée : le resurfaçage de la muqueuse duodénale consistant à remodeler la muqueuse afin d'entraîner son renouvellement.

    Une étude récente réalisée chez des patients diabétiques a mis en évidence une amélioration de l’insulino-résistance et des tests hépatiques suggérant un impact possible sur la NASH. Mon projet consiste à évaluer l’efficacité de cette intervention chez ces patients. Je m’attacherai également à rechercher et comprendre les mécanismes potentiels impliqués dans l’amélioration de l’insulinorésistance et des lésions hépatiques.

  • Alice HOYOIS - Service de gastroentérologie médicale (2015 - 2016)

    Implication du microchimérisme maternel dans l’étiologie de l’atrésie des voies biliaires : réaction allospécifique des cellules chimériques maternelles vis-à-vis d’antigènes paternels présents chez le fœtus

    Bourse ASCO

    1er mandat plein temps

    L'enjeu de la recherche

    L’atrésie des voies biliaires est une maladie inflammatoire qui se développe après la naissance et conduit à une oblitération progressive des canaux biliaires. Cette maladie évolue rapidement vers une cirrhose hépatique et le décès à un âge précoce. Elle n’est pas fréquente dans les pays occidentaux avec une incidence de 1/19000 naissances vivantes mais elle a un coût économique et psychologique considérable puisque les deux seules options thérapeutiques sont l’intervention de Kasaï, une dérivation bilio-digestive, ou la transplantation hépatique. Les causes de la maladie sont obscures.

    Mon projet

    Plusieurs hypothèses ont été proposé dont une réponse immunitaire dirigée contre les tissus. C’est sur cette hypothèse que je voudrais étayer ma recherche. Il faut savoir que le fœtus est un « hybride » qui exprime pour 50% les antigènes hérités du père et pour 50% des antigènes hérités de la mère. Les cellules immunitaires maternelles passent au travers du placenta et se retrouvent dans la circulation fœtale. Cet effet nommé le microchimérisme maternel est présent dans toutes les grossesses mais serait plus important dans l’atrésie des voies biliaires.

    Ces cellules reconnaîtraient comme étrangères des cellules fœtales héritées du père, induisant l’inflammation des voies biliaires.

    Le but de ma recherche est d'étudier ce phénomène sur des foies d’atrésie des voies biliaires après transplantation hépatique.

  • Raphaël MARECHAL - Service de gastroentérologie médicale (2008 - 2009)

    Facteurs prédictifs et pronostiques dans les adénocarcinomes du pancréas et les cholangiocarcinomes

    Bourse Fonds Erasme

    1er mandat mi-temps

    Le pronostic des adénocarcinomes bilio-pancréatiques (ABP) est particulièrement sombre en raison d’un diagnostic tardif et d’un génie évolutif caractérisé par potentiel invasif et métastatique élevé et une résistance habituelle aux traitements.

    Il devient crucial de pouvoir identifier les sous-groupes de patients pouvant bénéficier des traitements existants ainsi que des nouvelles molécules en cours d’investigation.

    Nous nous proposons d’étudier par immunohistochimie (tissue microarray), l’expression des marqueurs biomoléculaires préidentifiés par les études sur le génome et/ou le protéome de ces tumeurs ainsi que le suivi des cellules tumorales circulantes.

    Nous focaliserons notre recherche sur des marqueurs impliqués dans les processus de prolifération, d’invasion, de dissémination tumorale et d’angiogénèse à savoir : CXCR4, CXCR2, CCR6, CCR7, CXCR7, VEGF, galectine-3, intégrineß1, Bcl-2, Bcl-xl, Bax, caspases.

    Nous tenterons d’identifier les marqueurs biologiques et moléculaires nous permettant de prédire la réponse à un traitement antinéoplasique donné, définir le comportement et le pronostic des ABP.

    Nous disposons d’une banque tissulaire d’ABP et avons constitué un fichier reprenant l’évolution/traitements et pronostic de chaque patient présentant un ABP.

    La collaboration entre deux unités d’oncologie digestive (Hôpital Erasme et Institut Jules Bordet) ayant un recrutement important devrait nous permettre d’atteindre les objectifs fixés.

  • Raphaël MARECHAL - Service de gastroentérologie médicale (2009 - 2010)

    Facteurs prédictifs et pronostiques dans les adénocarcinomes du pancréas : rôle de hENT (human equilibrative nucleoside transporter), hCNT (human concentrative nucleoside transporter), CXCR4 et TEM (transition épithelio-mésenchymateuse)

    Bourse Fonds Erasme

    2ème mandat mi-temps

    Le cancer pancréatique représente la cinquième cause de décès par cancer dans les pays occidentaux.

    Son mauvais pronostic – la survie à 5 ans est inférieure à 5 % - est dû en partie à l’absence de facteurs de risque spécifiques interdisant une prévention efficace, à un diagnostic tardif en raison de signes cliniques longtemps absents ou non spécifiques, et à une invasion tumorale rapide.

    Le seul traitement curatif du cancer pancréatique est la chirurgie mais elle ne peut être à visée curative que dans 10 à 15 % des cas. Parmi les patients concernés, seuls 5 % sont encore en vie 5 ans plus tard.

    Un agent chimiothérapique particulier, la gemcitabine, permet cependant de réduire le risque de récidive après résection complète de la tumeur et permet d’augmenter la survie du patient lorsque l’avancement de la tumeur n’a pas permis de l’opérer.

    Le projet de Raphaël MARECHAL consistera à valider:

    1. le potentiel de certaines protéines à prédire l’efficacité de la gemcitabine afin de n’exposer à cette chimiothérapie que les patients ayant le plus de chance d’en tirer profit;
    2. le rôle pronostique d’un récepteur - appelé CXCR4 - pour lequel des inhibiteurs sont déjà commercialisés et utilisés dans un tout autre contexte, en l’occurrence le traitement des infections par le virus VIH responsable du SIDA.

     

  • Raphaël MARECHAL - Service de gastroentérologie médicale (2007 - 2008)

    Facteurs prédictifs et pronostiques dans les adénocarcinomes du pancréas et les cholangiocarcinomes

    Bourse Banque Degroof

    2ème mandat plein temps

    Le pronostic des adénocarcinomes bilio-pancréatiques (ABP) est particulièrement sombre en raison d’un diagnostic tardif et d’un génie évolutif caractérisé par potentiel invasif et métastatique élevé et une résistance habituelle aux traitements.

    Il devient crucial de pouvoir identifier les sous-groupes de patients pouvant bénéficier des traitements existants ainsi que des nouvelles molécules en cours d’investigation.

    Nous nous proposons d’étudier par immunohistochimie (tissue microarray), l’expression des marqueurs biomoléculaires préidentifiés par les études sur le génome et/ou le protéome de ces tumeurs ainsi que le suivi des cellules tumorales circulantes.

    Nous focaliserons notre recherche sur des marqueurs impliqués dans les processus de prolifération, d’invasion, de dissémination tumorale et d’angiogénèse à savoir : CXCR4, CXCR2, CCR6, CCR7, CXCR7, VEGF, galectine-3, intégrineß1, Bcl-2, Bcl-xl, Bax, caspases.

    Nous tenterons d’identifier les marqueurs biologiques et moléculaires nous permettant de prédire la réponse à un traitement antinéoplasique donné, définir le comportement et le pronostic des ABP.

    Nous disposons d’une banque tissulaire d’ABP et avons constitué un fichier reprenant l’évolution/traitements et pronostic de chaque patient présentant un ABP.

    La collaboration entre deux unités d’oncologie digestive (Hôpital Erasme et Institut Jules Bordet) ayant un recrutement important devrait nous permettre d’atteindre les objectifs fixés.

  • Raphaël MARECHAL - Service de gastroentérologie médicale (2006 - 2007)

    Facteurs prédictifs et pronostiques dans les adénocarcinomes du pancréas et les cholangiocarcinomes

    Bourse Banque Degroof

    1er mandat plein temps

    Le pronostic des adénocarcinomes bilio-pancréatiques (ABP) est particulièrement sombre en raison d’un diagnostic tardif et d’un génie évolutif caractérisé par potentiel invasif et métastatique élevé et une résistance habituelle aux traitements.

    Il devient crucial de pouvoir identifier les sous-groupes de patients pouvant bénéficier des traitements existants ainsi que des nouvelles molécules en cours d’investigation.

    Nous nous proposons d’étudier par immunohistochimie (tissue microarray), l’expression des marqueurs biomoléculaires préidentifiés par les études sur le génome et/ou le protéome de ces tumeurs ainsi que le suivi des cellules tumorales circulantes.

    Nous focaliserons notre recherche sur des marqueurs impliqués dans les processus de prolifération, d’invasion, de dissémination tumorale et d’angiogénèse à savoir : CXCR4, CXCR2, CCR6, CCR7, CXCR7, VEGF, galectine-3, intégrineß1, Bcl-2, Bcl-xl, Bax, caspases.

    Nous tenterons d’identifier les marqueurs biologiques et moléculaires nous permettant de prédire la réponse à un traitement antinéoplasique donné, définir le comportement et le pronostic des ABP.

    Nous disposons d’une banque tissulaire d’ABP et avons constitué un fichier reprenant l’évolution/traitements et pronostic de chaque patient présentant un ABP.

    La collaboration entre deux unités d’oncologie digestive (Hôpital Erasme et Institut Jules Bordet) ayant un recrutement important devrait nous permettre d’atteindre les objectifs fixés.

  • Christophe MORENO - Service de gastroentérologie médicale (2004 - 2005)

    Etude du récepteur CCR5 et de ses ligands au cours des hépatites expérimentales

    Bourse Fonds Erasme

    2ème mandat plein temps

  • Christophe MORENO - Service de gastroentérologie médicale (2003 - 2004)

    Etude du récepteur CCR5 et de ses ligands au cours des hépatites expérimentales

    Bourse GlaxoSmithKline

    1er mandat plein temps

  • Romy OUZIEL - Service de gastroentérologie médicale (2014 - 2015)

    Impact de la carence en vitamines A et/ou D sur le pronostic des maladies alcooliques du foie : étude prospective.

    Bourse Sodexo

    1er mandat mi-temps

    LES PATIENTS SOUFFRANT DE MALADIES ALCOOLIQUES DU FOIE PRESENTENT DES CARENCES EN VITAMINES A ET D

    L'enjeu de la recherche

    Les maladies alcooliques du foie (MAF) représentent 3,8% de la mortalité mondiale. Malgré cela, les options thérapeutiques sont quasi inexistantes hormis l’abstinence et la transplantation. La malnutrition protéino-calorique, fréquente mais sous-diagnostiquée dans les MAF, est associée au développement de complications et au décès. La supplémentation, quant à elle, améliore le pronostic des patients. Nous avons récemment publié les résultats de nos études confirmant la carence en vitamines A et D chez les patients souffrant de MAF et montrant l’association des carences avec la sévérité de la maladie. Nos données in vitro sur des cellules de patients atteints de MAF montrent que la supplémentation en vitamines A ou D diminuent la production d’une molécule inflammatoire impliquée dans le développement des MAF, suggérant que les carences vitaminiques jouent un rôle dans le développement et l’évolution péjorative des MAF.

    Mon projet

    Dans ce projet, nous suivrons prospectivement des patients atteints de MAF afin d’identifier les carences en vitamines A et D comme facteurs pronostiques du développement de complications et de mortalité. Cette étude permettrait non seulement de mettre en évidence de nouveaux marqueurs de dénutrition afin d’améliorer l’évaluation nutritionnelle des patients cirrhotiques alcooliques pour lesquels il manque des outils fiables, d’identifier de nouveaux facteurs pronostiques dans les MAF, mais également de mettre en avant de nouvelles cibles thérapeutiques.

  • Francesco PULEO - Service de gastroentérologie médicale (2011 - 2012)

    Adénocarcinome du pancréas : de la recherche de nouveaux biomarqueurs à la personnalisation du traitement

    Bourse Joseph Beherman

    1er mandat plein temps

    Qualifié récemment dans la prestigieuse revue scientifique Lancet Oncology comme « un tueur négligé », le cancer du pancréas reste de très mauvais pronostic.

    Un traitement plus efficace nécessite le développement d’agents anticancéreux élaborés en fonction des connaissances de la biologie spécifique de ce cancer.

    Les biomarqueurs, encore appelés signatures, des cancers sont des molécules synthétisées au sein du cancer lui-même. Ils permettent de déterminer son pronostic et sa réponse au traitement ciblé sur les mécanismes biologiques que ces biomarqueurs reflètent.

    La recherche de Francesco PULEO est inscrite dans ces thérapeutiques personnalisées basées sur l’identification de biomarqueurs et leurs implications dans les mécanismes de résistance ou de sensibilité aux traitements.

    Francesco PULEO se focalisera notamment sur les interactions entre les différentes lignées cellulaires qui composent le cancer du pancréas : les cellules cancéreuses elles-mêmes, les cellules de l’environnement tumoral et les cellules souches cancéreuses, récemment identifiées et cibles de traitement potentiels.

    Il s’attachera en particulier aux marqueurs de la voie Hedgehog et testera un agent susceptible de la bloquer. Pour cela, Francesco PULEO travaillera sur une tumorothèque de 470 cancers du pancréas développée dans le cadre d’une collaboration franco-belge.

     

  • Francesco PULEO - Service de gastroentérologie médicale (2012 - 2013)

    Adénocarcinome du pancréas : de la recherche de nouveaux biomarqueurs à la personnalisation de la thérapie

    Bourse EXMAR

    2ème mandat plein temps

    Le cancer du pancréas reste à ce jour un cancer de très mauvais pronostic et « un tueur négligé » comme le définissait l’éditorial récent du Lancet Oncology. Sa prise en charge nécessite une réorientation des moyens et des méthodes d’approche et de développement d’agents anticancéreux basés sur une recherche conduite et comprise sur une base biomoléculaire en identifiant des types de tumeurs et de patients différentiés et traités en fonction de biomarqueurs. Ces biomarqueurs, exprimés au sein de la tumeur, permettent de déterminer plus précisément le pronostic des patients et de sélectionner des tumeurs susceptibles de répondre à un traitement ciblé déterminé.

    La recherche de Francesco Puleo s’inscrit dans cette approche plus personnalisée du patient en poursuivant l’identification de nouveaux marqueurs et leur signification dans la compréhension des mécanismes de résistance et de sensibilité aux traitements. Il se focalise notamment sur les interactions entre les différents types cellulaires composant la tumeur comme, entre autres, les cellules souches cancéreuses récemment identifiées et cibles potentielles de traitement.

    Francesco Puleo travaillera sur une tumorothèque rassemblant 470 tumeurs du pancréas. Des marqueurs de la voie Hedgehog seront analysés sur différents types de prélèvements tumoraux en vue de développer un protocole thérapeutique innovant testant un agent bloquant cette voie.

    Il s’agit donc d’une approche pionnière dans le cancer du pancréas qui va déboucher à terme sur l’incorporation de ces biomarqueurs dans le choix du traitement ciblé des patients.

  • Francesco PULEO - Service de gastroentérologie médicale (2013 - 2014)

    Adénocarcinome du pancréas: de la recherche de nouveaux bio-marqueurs à la personnalisation de la thérapie

    Bourse d'un philanthrope

    1er mandat mi-temps

    VERS UNE THERAPIE CIBLEE DU CANCER DU PANCREAS

    L'enjeu de la recherche

    Le cancer du pancréas reste à ce jour un cancer de mauvais pronostic. Sa prise en charge nécessite une réorientation des moyens et des méthodes d’approche et de développement d’agents anticancéreux.

    Ceux-ci sont basés sur une recherche non plus empirique mais conduite et comprise sur une base biomoléculaire en identifiant des types de tumeurs et de patients différents traités en fonction de bio-marqueurs. Ces bio-marqueurs, exprimés au sein de la tumeur, permettent de déterminer plus précisément le pronostic des patients et de sélectionner des tumeurs susceptibles de répondre à un traitement ciblé déterminé.

    Ma contribution

    Ma recherche Fonds Erasme débutée en 2011 s’inscrit dans cette approche personnalisée du patient en poursuivant l’identification de nouveaux marqueurs et leur signification dans la compréhension des mécanismes de résistance et de sensibilité aux traitements.

    Cette année, je poursuivrai ma recherche d’une part sur une tumorothèque rassemblant 470 tumeurs du pancréas et d’autre part, j'aurai à disposition, dans notre service d’oncologie digestive, deux nouvelles drogues qui ciblent préférentiellement l’abondant tissu fibreux du cancer du pancréas, un des principaux responsables de la résistance à la chimiothérapie classique.

    Intégrer les bio-marqueurs dans ces nouveaux protocoles de chimiothérapie devrait me permettre d'identifier les patients qui vont bénéficier d’une chimiothérapie particulière et élaborer une thérapie personnalisée.

     

  • Antonella PUTIGNANO - Service de gastroentérologie médicale (2017 - 2018)

    Systems serology analysis of human alcoholic liver diseases.

    Bourse GINION GROUP

    1er mandat plein temps

    En 2012, trois millions de décès étaient attribuables à la consommation excessive d’alcool. En Europe, la maladie alcoolique du foie (MAF) est la première cause de cirrhose et une des indications principales de transplantation hépatique. L’hépatite alcoolique aiguë (HAA), forme la plus sévère de MAF survenant brutalement chez des sujets souvent jeunes, est associée à une mortalité élevée à court terme (35% endéans un mois). La compréhension des mécanismes responsables de la survenue et progression de la MAF est très faible. L’inflammation et l’activation immunitaire y joue une place prépondérante. Des données suggèrent que les immunoglobulines G (IgG) se complexant avec des antigènes soit formés lors de la métabolisation de l’alcool soit libérés par les bactéries intestinales transloqués dans la circulation sanguine, pourraient participer au développement de la MAF. La glycosylation des IgG contribue à leur capacité d’induire le processus inflammatoire. Le but de mon projet est d’explorer le profil fonctionnel et de glycosylation des IgG isolées au niveau de sérum et du foie de patients ayant différents degrés de MAF grâce à une technologie innovante développée au Massachussets Institute of Technology et transférée dans l’Institut d’Immunologie Médicale de l’ULB. Une meilleure compréhension du complexe système des IgG permettrait de définir nouvelles cibles thérapeutiques et traitements immunomodulateurs dans une maladie très fréquente avec très peu d’options thérapeutiques

  • Antonella PUTIGNANO - Service de gastroentérologie médicale (2018 - 2019)

    Les maladies alcooliques du foie

    Bourse GINION GROUP

    2ème mandat plein temps

    Systems Serology Analysis of Human alcoholic Liver Diseases

    En 2012, trois millions de décès étaient attribuables à la consommation excessive d’alcool. En Europe, la maladie alcoolique du foie (MAF) est la première cause de cirrhose et une des indications principales de transplantation hépatique. L’hépatite alcoolique aiguë (HAA), forme la plus sévère de la maladie alcoolique du foie, survient brutalement chez des sujets souvent jeunes et est associée à une mortalité élevée à court terme (35% endéans un mois). La compréhension des mécanismes responsables de la survenue et progression de la MAF est très faible.

    L’inflammation et l’activation immunitaire y jouent une place prépondérante. Des données suggèrent que les immunoglobulines G (IgG) se complexant avec des antigènes soit formés lors de la métabolisation de l’alcool soit libérés par les bactéries intestinales transloqués dans la circulation sanguine, pourraient participer au développement de la MAF. La glycosylation des IgG contribue à leur capacité d’induire le processus inflammatoire.

    Le but de mon projet est d’explorer le profil fonctionnel et de glycosylation des IgG isolées au niveau de sérum et du foie de patients ayant différents degrés de MAF grâce à une technologie innovante développée au Massachussets Institute of Technology et transférée dans l’Institut d’Immunologie Médicale de l’ULB.

    Une meilleure compréhension du complexe système des IgG permettrait de définir nouvelles cibles thérapeutiques et traitements immunomodulateurs dans une maladie très fréquente avec très peu d’options thérapeutiques.

  • Johanne RIGAUX - Service de gastroentérologie médicale (2010 - 2011)

    Susceptibilité génétique dans la pancréatite chronique alcoolique

    Bourse Jean-Marie Verbeke

    1er mandat plein temps

    La pancréatite chronique est une maladie sévère qui se caractérise principalement par des douleurs intenses et une insuffisance des fonctions du pancréas, responsable de diarrhées et de diabète. La cause principale de cette maladie est une consommation chronique d’alcool. Le mécanisme biochimique secondaire à l’action néfaste de l’alcool est une élévation excessive de la concentration de calcium dans les cellules. Cependant, seuls 5 à 10 % des patients « alcooliques » développent une pancréatite chronique ce qui suggère qu’une prédisposition génétique est nécessaire pour développer la maladie en présence du facteur toxique, en l’occurrence l’alcool.


    L’hypothèse de travail de Johanne RIGAUX se base sur le fait qu’une mutation inactivant la fonction d’un gène candidat (l’inositol tris-phosphate 5- phosphatase), connu comme étant essentiel au contrôle du calcium, prédisposerait au développement de la pancréatite chronique.


    Le projet de Johanne RIGAUX consistera à récolter l’ADN des patients présentant une pancréatite chronique éthylique afin de procéder ensuite au séquençage du gène candidat. En cas de découverte de mutation, elle aura à en prouver les conséquences au niveau « biochimique » par des tests en laboratoire et sur des cultures cellulaires.


    La découverte éventuelle d'un ou plusieurs gènes prédisposant à la pancréatite chronique alcoolique permettrait non seulement de prédire pour chaque patient son risque éventuel de développer la maladie mais aussi d’envisager de nouvelles stratégies médicamenteuses pour le traitement de cette maladie.

  • Johanne RIGAUX - Service de gastroentérologie médicale (2011 - 2012)

    Susceptibilité génétique dans la pancréatite chronique alcoolique

    Bourse Jean Manuel de Solages

    2ème mandat plein temps

    Le service de Gastroentérologie de l’Hôpital Erasme est un centre de référence pour le traitement de la pancréatite chronique.

    Cette maladie sévère est principalement caractérisée par des douleurs intenses et par l’insuffisance des fonctions pancréatiques, responsable de diarrhée et de diabète. La cause principale de cette maladie est une consommation chronique excessive d’alcool. Le mécanisme biochimique secondaire à l’action néfaste de l’alcool est une élévation anormale de la concentration de calcium dans les cellules. Cependant, seuls 5 à 10 % des patients « alcooliques » développent une pancréatite chronique, ce qui suggère qu’une prédisposition génétique est nécessaire pour développer la maladie en présence du facteur toxique (l’alcool).

    L’hypothèse du projet de Johanne RIGAUX est basée sur le fait qu’une mutation inactivant la fonction d’un gène candidat qui code pour une enzyme particulière, (l’inositol tris-phosphate 5- phosphatase, essentielle pour le contrôle du calcium dans la cellule, prédisposerait à la pancréatite chronique.

    Le projet de Johanne RIGAUX consiste à récolter l’ADN des patients présentant une pancréatite chronique éthylique pour procéder au génotypage et au séquençage du gène candidat. En cas de découverte de mutation, elle aura à en prouver les conséquences biochimiques, par des tests sur des cultures cellulaires.

    La découverte éventuelle de gène prédisposant à la pancréatite chronique alcoolique permettra de prédire le risque de développer la maladie et d’envisager de nouvelles stratégies médicamenteuses pour son traitement.

     

  • Eric TREPO - Service de gastroentérologie médicale (2010 - 2011)

    Rôle des facteurs génétiques dans l’évolution de la fibrose des hépathopathies chroniques alcooliques et virales C.

    Bourse Avis

    2ème mandat plein temps

    La cirrhose et le cancer du foie sont deux des premières causes de mortalité en Europe. Les deux causes principales en sont le virus de l’hépatite C et l’alcoolisme. Cependant, seulement 20 % des patients ayant une hépatite C chronique et 10 % des sujets éthyliques développent effectivement une cirrhose du foie. Cette variabilité individuelle dans la susceptibilité à développer la cirrhose est principalement due à des facteurs génétiques.

    Dans l’hépatite C, neuf gènes qui permettent de prédire l’évolution vers la cirrhose ont été identifiés au cours d’une étude préliminaire conduite sur un nombre restreint de patients.

    Les objectifs du projet d’Eric TREPO sont doubles :

    1. confirmer ces résultats préliminaires sur un plus grand nombre de patients porteurs de l’hépatite C ;

    2. compte tenu de la forte analogie des mécanismes de la cirrhose après hépatite C et en cas d’éthylisme chronique, vérifier l’hypothèse selon laquelle les mêmes gènes permettraient d’identifier, parmi les sujets éthyliques, ceux qui sont effectivement susceptibles de développer une cirrhose.

    La puissance de l’approche informatique innovante utilisée, couplée à la qualité de notre réseau de collaborations et à la disponibilité des banques de données de tissus et d’ADN, devraient permettre d’identifier pour la première fois des marqueurs génétiques prédictifs de cirrhose chez les sujets éthyliques.

  • Eric TREPO - Service de gastroentérologie médicale (2009 - 2010)

    Rôle des facteurs génétiques dans l’évolution de la fibrose des hépathopathies chroniques alcooliques et virales C.

    Bourse Avis

    1er mandat plein temps

    La cirrhose et le cancer du foie sont deux des premières causes de mortalité en Europe.

    Les deux causes principales en sont le virus de l’hépatite C et l’alcoolisme. Cependant, seulement 20 % des patients ayant une hépatite C chronique et 10 % des sujets éthyliques développent effectivement une cirrhose du foie. Cette variabilité individuelle dans la susceptibilité à développer la cirrhose est principalement due à des facteurs génétiques.

    Dans l’hépatite C, neuf gènes qui permettent de prédire l’évolution vers la cirrhose ont été identifiés au cours d’une étude préliminaire conduite sur un nombre restreint de patients.

    Les objectifs du projet d’Eric TREPO sont doubles :

              1) confirmer ces résultats préliminaires sur un plus grand nombre
                  de patients porteurs de l’hépatite C ;

             2) compte tenu de la forte analogie des mécanismes de la cirrhose
                après hépatite C et en cas d’éthylisme chronique,  vérifier l’hypothèse
                selon laquelle les mêmes gènes permettraient d’identifier, parmi les
                sujets éthyliques, ceux qui sont effectivement susceptibles de
                développer une cirrhose.
     

  • Eric TREPO - Service de gastroentérologie médicale (2018 - 2019)

    L'hépatite alcoolique sévère

    Bourse Mécènes du Fonds Erasme

    Le foie est l’organe le plus chroniquement touché par une consommation excessive d’alcool et l’hépatite alcoolique sévère (HAS) est la forme hépatique la plus sévère avec une mortalité pouvant atteindre 35% à 3 mois.

    Le seul traitement ayant démontré un bénéfice reproductible en termes de survie est la prise de corticoïdes. Cependant certains patients ne bénéficient pas de la corticothérapie et développent des effets secondaires comme l’infection qui est la première cause de mortalité chez ces patients.

    Actuellement, il n’existe pas de marqueurs prédictifs efficaces de la réponse à la corticothérapie chez des patients souffrant d’une HAS avant le début du traitement. Dans ce contexte, nous avons élaborer un score incorporant des données génomiques issue d’une biopsie hépatique et de paramètres biologique.

    Ce score appelé gs-MELD, a été développé dans un cohorte de patients de l’hôpital Erasme ayant une HAS et permis de prédire le pronostic des patients à 3 et 6 mois. Le gs-MELD a ensuite été validé dans une première cohorte de patients belges et suisses ainsi que dans une deuxième issue des Etats-Unis tous porteurs d’une HAS.

    Si ces résultats devaient être confirmés dans d’autres cohortes indépendantes, ce nouveau score pourrait permettre de mieux sélectionner les patients qui ne bénéficieront pas d’une corticothérapie et les orienter vers d’autres traitements ou des protocoles d’études thérapeutiques.

    Par ailleurs, le gs-MELD pourrait servir de référence pour le développent de marqueurs sanguins permettant ainsi d’éviter la réalisation d’une biopsie de foie.

  • Laura WEICHSELBAUM - Service de gastroentérologie médicale (2018 - 2019)

    La cirrhose hépatique

    Bourse Mécènes du Fonds Erasme

    Deciphering the cellular and molecular mechanisms implicated in innate immune cell dysfunction in cirrhotic patients

    La cirrhose est responsable de 170 000 décès par an en Europe. Une des principales causes de mortalité chez ces patients est l'infection bactérienne qui est plus fréquente que dans la population générale mais également plus sévère. Cette susceptibilité accrue aux infections s'explique, entre autres, par une dysfonction du système immunitaire. En effet, des études ont démontré que les monocytes des patients cirrhotiques étaient moins compétents pour éliminer les bactéries mais, paradoxalement, libéraient plus de produits inflammatoires dans le sang, contribuant ainsi à augmenter la sévérité des infections.

    Les mécanismes cellulaires et moléculaires sous-jacents sont actuellement mal connus. Mon projet de recherche a pour but de caractériser les acteurs cellulaires de l'immunité innée chez les patients cirrhotiques afin de comprendre les causes de ce dysfonctionnement. Cela permettrait de répondre à une des problématiques majeures dans la pratique quotidienne en hépatologie - l'évaluation du risque infectieux - en identifiant un sous-groupe de patients les plus à risque de complications infectieuses.

    Nous pourrions développer de nouvelles stratégies préventives pour réduire drastiquement les infections et donc la mortalité des patients en attente de greffe hépatique, seul traitement curatif disponible actuellement. Enfin, une meilleure compréhension de ces mécanismes sous-jacents serait un premier pas vers la découverte de nouvelles cibles thérapeutiques.