Une erreur est survenue

Une erreur est survenue

Vous êtes ici : Recherches en cours / Conventions en cours / Convention Docteur André Arouète

Convention Docteur André Arouète

Cette convention de recherche a pour objectif de permettre à un groupe hospitalier de réaliser une recherche en pneumologie et/ou en allergologie à l'Hôpital Erasme.

Suite à un appel à candidatures, le comité scientifique constitué par le Fonds Erasme a proposé de soutenir le projet intitulé "Origine et pathogenèse de la production de monoxyde d'azote exhalé chez le patient allergique" dirigé par le Professeur Alain Michils, Chef de clinique associé en Pneumologie à l'Hôpital Erasme.

Cette recherche bénéficie d'un budget global de 100.000 euros.


De gauche à droite : Alain Van Muylem, Ingénieur responsable du centre de réadaptation en Pneumologie, Johanne Raschaert, Directrice du laboratoire de biochimie osseuse et métabolique à l'ULB, Alain Michils, Chef de clinique associé en Pneumologie et Amaryllis Haccuria, Résidente en Pneumologie.

  • Programme

    Le monoxyde d'azote (FENO) exhalé est considéré comme un marqueur fiable de l'inflammation à éosinophiles chez le patient asthmatique et peut s'avérer utile dans la prise en charge de l'asthme.

    Les valeurs de FENO peuvent également être élevées chez des patients souffrant de rhinite allergique quand ils sont exposés à leur allergène et cela en l'absence d'asthme et d'inflammation à éosinophiles. Cela suggère que le FENO n'est pas uniquement un marqueur de l'inflammation à éosinophiles et que cette inflammation, d'une part, et l'élévation du FENO, d'autre part, bien que coexistant fréquemment, pourraient être contrôlées par des mécanismes distincts.

    De plus, alors qu'on sait que, chez le patient asthmatique, la production de monoxyde d'azote se répartit sur une grande partie de l'arbre bronchique et particulièrement sur la partie périphérique des voies aériennes conductrices, les sites de production chez le patient souffrant de rhinite allergique sont inconnus.

    Nous proposons d'utiliser l'exposition allergénique saisonnière comme un modèle permettant de comprendre plus en profondeur les mécanismes régissant l'inflammation et la localisation de celle-ci dans la rhinite allergique et l'asthme. Les différences ou similitudes entre les deux processus inflammatoires devraient permettre de mieux comprendre le lien entre ces deux pathologies très répandues.

    Pour cela, nous disposons de techniques non-invasives permettant de clibler ces processus inflammatoires et de détecter les sites de surproduction du monoxyde d'azote dans les voies aériennes.

  • Avancées
    CONTENU AVANCEES
  • Publications
    CONTENU PUBLICATIONS